LA DIRECTRICE

Hélianthe Bourdeaux-Maurin

Historienne d’art, Hélianthe Bourdeaux-Maurin est diplômée des Études Supérieures de l’École du Louvre (spécialités XVIe et XVIIe siècles). Son mémoire de l’École du Louvre portait sur Catherine Millet et la création d’« ArtPress« . Titulaire d’un Master sur la Revue « L’Œil«  et d’un Master 2 à la Sorbonne, elle a préparé à la Sorbonne un Doctorat d’Histoire de l’art sur un sculpteur franco-américain, sous la direction de Serge Lemoine, alors directeur du Musée d’Orsay. Depuis 2001, elle a monté ou participé à plus de 150 expositions, conseillé des institutions et des collectionneurs tant particuliers que publics, travaillé avec plus de 500 artistes vivants, musiciens, danseurs et commissaires d’expositions internationaux, a collaboré avec des centaines de musées et de collectionneurs privés tant aux États-Unis, qu’au Canada, en Europe, en Inde ou en Afrique et en tant que galeriste, représenté des artistes aujourd’hui très reconnus.

De 2003 à 2010, elle dirige d’importantes galeries d’art contemporain à New York (Spike Gallery, Peter Freeman, Inc. et Parker’s Box), contribue régulièrement à un magazine d’art et de mode intitulé WhitewallMagazine pour lequel elle réalise les interviews de François Pinault ou Paloma Picasso. Elle est également commissaire d’exposition indépendante. Ses expositions sont commentées tant par le « New York Times«  que par « Art in America » ou « New York Magazine« . Elle y a représenté des artistes importants tels que Joyce Pensato, Edith Dekyndt, Bruno Peinado, Virginie Barré, Samuel Rousseau, Simon Faithfull, Mel Bochner, Alex Hay ou Helen Mirra.

De 2011 à 2016, elle est la Chargée des Expositions de la Pinacothèque de Paris, tant à Paris qu’à Singapour. Elle y organise des expositions de grande envergure autant sur de l’art ancien : « Les Romanov et les Esterhazy« , « Van Gogh, rêves de Japon« , « Hiroshige, l’Art du voyage« , « Léonard de Vinci, Il Genio«  que sur de l’archéologie : « Les Masques de Jade Mayas« , « Le Mythe de Cléopatre » ou sur de l’art moderne et contemporain : « Au Temps de Klimt. La sécession à Vienne« , « Expressionnismus : Brücke vs der Blaue Reiter« , « Giacometti et les Etrusques« , le Graffiti Art et la dernière grande rétrospective de Chu Teh-Chun avant sa mort, « Les Chemins de l’Abstraction« . 

Après les attentats de novembre 2015 qui conduisent à la fermeture de la Pinacothèque, Hélianthe Bourdeaux-Maurin ouvre H Gallery à Paris en 2016, avec ses amis et futurs associés, Benjamin Hélion et Benjamin Lanot. Elle fonde sa ligne artistique sur la découverte et la mise en valeur de talents qui n’ont jamais, ou rarement, été montrés en France. H Gallery défriche, explore et cherche à apporter du sang neuf, des trésors inexplorés au carrefour de cultures qui nourrissent autant la diversité que la contemporanéité de la ligne artistique de la galerie. Les artistes utilisent des mediums variés (photographie, sculpture, installation, vidéo ou performance) mais la figuration, à travers la peinture et le dessin, constitue l’orientation principale de la galerie. 

Les carrières d’artistes établis côtoient celles d’artistes émergents : Matt Blackwell a reçu le Guggenheim Fellowship, Noa Charuvi, la Pollock Krasner Foundation Grant, et Bilal Hamdad est lauréat 2020 de la Fondation Colas et du Prix de la Société générale. Malgré ses jeunes années, H Gallery a déjà exposé, souvent à leurs débuts, des artistes tels que : Dhewadi Hadjab, Arnaud Adami, Nathanaëlle Herbelin, Anaïs Prouzet, Marie Havel (Prix DDessin 2017), Alice Gauthier, Kenia Almaraz Murillo, Louise Janet, Lea Toutain mais aussi Caroline Le Méhauté qui reçut avec la galerie le Prix Art Collector 2020 et le Prix Carré-sur-Seine 2020, François Réau, Benjamin Deroche, Gopal Dagnogo, Alexandre Carin, Héla Ammar, Moataz Nasr, Michel Nedjar, Arthur Novak, Aurore Pallet, Lucile Piketty, Louis Verret, Chloé Silbano, Dulce Pinzón, Ritual Inhabitual, Jean-Charles Bureau, Roman Jehanno, Soyeon Cho, Horacio Garcia-Rossi, Françoise Petrovitch, Isabelle Levenez ou Ronan Barrot. 

La galerie est également résolument engagée dans la défense et la promotion des artistes femmes : elle en représente 50%. Hélianthe Bourdeaux-Maurin a d’ailleurs collaboré avec les artistes Clara Feder et Liu Bolin sur des projets autour de la notion de solidarité féminine dans le monde de l’art. 

La galerie participe à de nombreuses foires prestigieuses telles Paris Photo, Art Paris Art Fair, Photo London, Urban Art Fair ou DDessin, où elle a gagné le Premier Prix du salon en 2017 (avec Marie Havel) et 2018 (avec Isabelle Levenez). Les activités de la galerie ont été commentées autant par « Le Monde » ou « Le Journal des Arts » que par « Le Quotidien de l’Art », « Connaissance des Arts », « Beaux-Arts Magazine », « Artension » ou « The Washington Post ». Elle fait partie de Paris Galerie Map (PGMAP) depuis 2019, du Comité Professionnel des Galeries d’Art depuis 2017 (CPGA) et de l’Association du Grand Belleville depuis 2022.